T : trop en avance pour tout ce qui se prend pour un coup de vent dans un champ de foire déserté par la paix et battu par le temps mauvais comme dans tout ce qui se glisse parmi les tiges et fleurs de lys coupées à la serpe très affûtée des nouveaux druides en appendice aux vieilles fables recommandées qu'un chef d'état au coeur d'épée a importé du paradis et livré sans plus sans soucier à de beaux prédateurs placides qui se pourlèchent sur les hauteurs en attendant de fondre ensemble sur le dos tassé de la biche qui caresse sans trop y croire l'illusion de la punition comme l'aumône d'une bague de fiançailles tendue par des mains agitées aux alentours miraculés et qui transportent avec eux de la peur et des coups de dents sur une peau défrichée à la hache élimée par les saisons passées à s'acharner sur les vestiges d'une guerre lasse enlacée sur le corps saupoudré de cafards affamés de miellat d'abeilles pondeuses qu'on laisse croître insidieusement dans l'épaisseur de chaque action comme un banc de sable qui vogue dans les parages adonnés du culte voué à la ferveur sacrée et qui révèle par les délices consommés de ses oracles le fond tortueux des combles assiégés d'un grenier enclavé dans une époque révolue et versée en pâture à une volée dérisoire de sourires en épieux incurablement prisonniers de la voix graveleuse qui les a fait naître d'une traversée si courte du vivant qu'à la source du centre du milieu du foyer du noyau du coeur du nombril du siège du désir de l'irrationnelle moitié divisée